Découverte, Accrochages, n°171, oct. 2015
Claire Raffenne, Historienne d'art.
Focus, Artabsolument, n°58 nov-déc 2013 :
“Chez Raphaëlle Boutié, c'est l'énergie d'une gestuelle qui s'expose face à la frontalité du paysage : les lieux qu'elle côtoie sont autant de raisons de peindre… Flux colorés chauds et froids se confrontent au sein d'une même surface sans s'annuler… Des morceaux de nature semblent projetés sur la toile et rendus à eux-mêmes en un seul geste pictural.”
Coup de coeur, Miroir de l'Art, n°48 sept 2013.
Portrait, Artension, n°115 sept-oct 2012 :
"Elle interprète le motif en faisant basculer l'image dans la non-figuration tout en le protégeant. Imprégnée par la lumière implacable du Midi, elle décline les lieux de mille manières. la couleur, c'est sa force, "la partie animale de la peinture" disait Ingres le dessinateur. Ici, elle déborde, envahit l'espace, coule comme la lave, comme l'eau, comme le sang des animaux sacrifiés, jaillit comme une cascade, ample comme le jour, se lève, violente comme le souffle du Mistral". Ileana Cornea.
Qu'en est-il de l'abstraction ? Artension, n°114 juin-juillet 2012.
Abstraction nostalgique, géométrique et historique, E. Levesque, Cahiers des RN, juin 2011.
AZART, n°42 janv-fév 2010 :
“ Avec elle, la peinture devient élémentale, où toutes les parties d'un gigantesque puzzle mystérieux se mettent en place picturalement avec ce qui nous tient le plus aux tripes. Dans le gigantesque mouvement de ses tableaux, on a toujours un peu le sentiment que la peinture ne s'arrête pas à la toile." G. Gamand.
Françoise Monnin, Communiqué de presse de mac2000, octobre 2007 :
“ La peinture de Raphaëlle Boutié est énergie pure.”
© Raphaëlle Boutié - 2014